Fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer





L'avis des lecteurs Le Cycle de Barcil, fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer




A propos de "Étolien le Manchot"...




Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Lorsque Jean-Marc Dopffer m’a contactée, il s’est présenté comme un auteur éclectique et m’a proposé de lire un de ses récits – au choix. J’ai apprécié sa démarche et l’en remercie.

Une cinquantaine de pages, c’est très court pour façonner un monde et une intrigue, rendre les personnages vivants aux yeux des lecteurs. Surtout dans le domaine des littératures de l’imaginaire. Je suis toujours admirative des auteurs qui y parviennent. Jean-Marc Dopffer réussit non seulement à planter le décor, mais aussi à nous faire vivre une aventure palpitante dans un monde peuplé de personnages énigmatiques et inquiétants. De quel côté se trouve Étolien ? En très peu de temps, on s’attache à ce géant venu de l’Ouest, cabossé par la vie, mais néanmoins déterminé à obtenir ce qu’il veut. Quitte à en payer le prix fort. J’ai été happée dès les premières lignes de la nouvelle. Jusqu’à la fin, l’écriture de l’auteur accroche, incontestablement. Qui dit nouvelle dit chute. Il y en a une et je n’ai rien vu venir.

Je ne vous raconterai pas l’histoire, la présentation (très réussie) parle d’elle-même. L’univers est sombre, vraiment sombre. On a l’impression que le jour n’existe pas dans la cité du Val d’Aquelys. Dans ses profondeurs, dérobées aux regards et pourtant d’une troublante proximité, se joue l’avenir du royaume de Tigyl. Stratégies, alliances et trahisons dominent largement. La symbolique du souterrain s’y prête à merveille. Y a-t-il des gentils quelque part ? Les dialogues ne s’embarrassent d’aucune fioriture, les échanges vont droit au but. Leur style épuré contraste avec les descriptions poétiques qui parsèment le récit.

Il y a aussi le mouvement. Ce mouvement écrit qui donne l’impression de voir les scènes, d’y assister même. En aucun cas on ne peut arrêter la lecture. Un frôlement, une chope qui dérape sur la table d’une taverne, la mousse qui gicle, des pièces d’or qui s’entrechoquent, un panneau qui coulisse, un pas qui effleure le plancher… Nous sommes au cœur de l’art de créer du suspens.

En plus d’être parfaitement ficelée et d’ouvrir une porte vers l’imaginaire, la nouvelle invite à une réflexion intelligente sur les arcanes du pouvoir. Ce qui fait naturellement écho à notre monde contemporain. C’est exactement ce que j’aime en littérature. J’attends maintenant la parution des autres nouvelles du Cycle de Barcil avec impatience !  
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Lorsque Jean-Marc Dopffler m’a contacté pour me proposer de lire l’un de ses ouvrages et d’en faire une chronique, je l’ai prévenu : si j’aime, je le dis. Mais si je n’aime pas, je le dis aussi. Et si vous lisez mes chroniques, vous savez que je peux être exigeant.
Jean-Marc, en son âme et conscience, a décidé de tenter sa chance.
Il m’a donc envoyé les deux premières nouvelles de son Cycle de Barcil. Il m’avait prévenu, les deux nouvelles ne se suivent pas et peuvent être lus indépendamment l’une de l’autre. C’est vrai. Mais j’aime bien faire les choses dans l’ordre.

Alors j’ai commencé par Orglin la Primitive.
Quand j’ai vu que le texte ne faisait qu’une vingtaine de pages, j’ai un peu pris peur. Vingt pages, c’est court pour raconter une histoire, encore plus pour développer un monde. Et puis je me suis dit que si c’est mauvais (c’est toujours un risque), au moins la torture ne sera pas trop longue.
J’ai immédiatement ravalé mon scepticisme, ça m’apprendra. Qu’on se le dise, je ne suis pas un spécialiste de Fantasy. Non pas que je n’aime pas, mais ce n’est pas mon genre de prédilection.
Il va sans dire que j’ai lu la nouvelle d’une traite. Mais, surtout, j’ai beaucoup aimé découvrir une partie du monde de Barcil, à travers l’histoire d’Orglin. J’y ai même trouvé des choses qui m’ont évoqué Le Sorceleur (et qui m’ont donné envie de reprendre les aventures de Geralt de Riv).
En fait, arrivé à la fin, je me suis dit que le plus gros défaut du texte (et c’est un très gros défaut) c’est qu’il est trop court. Beaucoup trop court.
Parce que tout le reste est très bon. Le style, les personnages, la façon dont tout est esquissé sans effort, dont les éléments sont dévoilés sans être martelés pour nous permettre de découvrir cet univers singulier naturellement.

J’ai donc enchaîné avec Étolien le Manchot.
Tout de suite, j’ai vu que le personnage comme l’ambiance étaient bien différents. Et pourtant, j’ai retrouvé le même style qui m’avait charmé dans l’histoire d’Orglin. J’ai fait défiler les pages tout aussi vite, et je suis arrivé à la même conclusion : c’est trop court !

Moi vouloir plus.

Fort de ce constat, j’ai creusé un peu. Ces deux premières nouvelles marquent les débuts d’un cycle qui en comportera dix, présentant chacune un personnage ou une époque différente. Avant un roman qui les réunira tous.

Et si la suite est à la hauteur de ce que j’ai déjà lu, ça promet !
Ces deux premières nouvelles du Cycle de Barcil sont une très belle surprise et m’ont mis l’eau à la bouche. J’ai déjà hâte de me replonger dans le monde de Barcil et de le découvrir plus encore.
Et si vous êtes fans de Fantasy, je vous recommande d’en faire autant !
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

A l'instar de la première nouvelle intitulée « Orglin la Primitive » (qui a également fait l'objet d'une chronique sur ce blog), l'illustration de la couverture a été réalisée de la main de l'illustrateur Xavier Drago. Même si j'avoue la trouver très belle, j'avoue avoir une légère préférence pour la première.

J'ai exactement le même avis que dans ma première chronique concernant la plume de l'auteur: je peux dire que L'écriture de Jean-Marc Dopffer est particulièrement fignolée et le texte est doté d'un vocabulaire élaboré. Son talent est incontestable ! Je vous propose d'étayer cet avis par la retranscription d'un extrait choisi par mes bons soins:
« Le tenancier était déjà revenu, portant un plateau chargé d'apages. Une chope dérapa sur la table, régurgitant de la mousse. Etolien jeta deux pièces pour le service. Les rondelles de cuivre festonnées dansèrent un instant au rythme des musiciens. D'un revers de main l'aubergiste les fit rejoindre leurs jumelles dans la poche de son tablier.»

J'ai également été happée par l'histoire et le personnage d'Etolien. Il est d'ailleurs très dommage que l'auteur se soit limité au format d'une nouvelle alors qu'il y a nettement matière à développer. Ce goût de trop peu me fait m'intéresser davantage à cette saga que j'espère vraiment voir évoluer en un livre qui fera durer le plaisir.

En bref :
Une nouvelle à découvrir si vous aimez les courtes histoires d'aventures et le monde foisonnant de la fantasy doté d'incomparables héros.
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

D'abord au niveau de la couverture… j'avoue que j'apprécie beaucoup la «continuité» au niveau des couleurs.

Je m'étais fait une petite note après lecture sur mon téléphone (j'ai fini ma lecture en voiture) pour vous donner mes impressions. Mais voilà, cela date de dimanche et depuis, avec le recul j'ai envie de vous en dire plus.
Alors je ne sais pas si ça se fait mais je vais le faire quand même… Je vais comparer Lorn (Le Haut Royaume de Pierre Pevel) et Etolien. Ce sont deux personnages complexes qui malgré une certaine moralité sont loin d'être blanc comme neige. Oui Lorn est un chevalier et Etolien un, un quoi d'ailleurs ? Je dirai un mercenaire. Ils ont beaucoup de points communs et franchement je les trouve extra tous les deux. On a envie de les connaître mieux et de savoir ce qui se cache derrière.
Je n'ai pas eu l'impression de me retrouver dans le même univers qu'Orglin la primitive, mais ma lecture date un peu. Cependant, encore une fois Jean-Marc Dopffer m'a embarquée dans son monde. On retrouve les jeux de pouvoir, les « manipulations politiques » . Même si je n'ai pas été surprise de découvrir le chef de la guide des assassins, j'ai aimé la manière dont l'auteur nous emmène à cette découverte.
Comme souvent dans les nouvelles j'ai trouvé la fin un peu rapide surtout que ce qui nous est dévoilé sur la mission d'Etolien m'a étonnée.
En tout cas, j'ai hâte de découvrir la suite, et je me demande si l'auteur va relier à un moment où à un autre les différentes nouvelles et comment il va le faire.
Conclusion : une bonne nouvelle qui nous immerge rapidement dans l'univers d'Etolien. Des personnages complexes et bien construits… Un Cycle à suivre.
Bonne lecture ! 
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, nouvelle fantastique fantasy et dark fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

J'ai terminé la nouvelle assez rapidement et j'ai été captivé par l'atmosphère de l'histoire.
j'avais un peu peur que le rythme soit rapide comme pour Orglin mais il n'en était rien et j'ai vraiment apprécié que cette nouvelle prenne quand même le temps de se développer.
On suit Etolien avant son départ en mission, j'ai bien aimé les premiers moments c'est assez calme, détendu, ça nous permet d'avoir une bel descrition des personnages et d'apprendre à connaitre Etolien et de se faire une première idée de comment il pourrait être (même si la couverture est très parlante).
J'ai beaucoup aimé l'univers, c'est sombre et on à juste l'impression qu'il pourrait nous arriver n'importe quoi à un coin de rue mal éclairé mais ça a rajouter ce petit quelque chose qui fait que je ne résiste généralement pas à ce genre d'histoire.
Le personnage d'Etolien est vraiment un personnage que je ne rencontre pas souvent dans mes lectures, c'est un aventurier solitaire, très bon combattant et qui n'a absolument plus rien à prouver. On le voit à l'oeuvre au fil des chapitres, je l'ai trouvé impressionnant.
L'histoire passe a une vitesse un poil plus rapide lorsqu'on entre au coeur de l'action, j'ai été happé par la scène, c'était rapide mais en même temps on a eu une surprise à laquelle on ne peut pas s'attendre. j'ai vraiment beaucoup aimé.
Le dernier chapitre m'a donné une raison supplémentaire d'apprécier un peu plus le personnage d'Etolien, sur une phrase, sur ce qui compte le plus pour lui. Ca c'est bien conclut et ça nous laisse un aperçut de ce qui arrivera à cet aventurier solitaire.
Je tenais à remercier Jean-Marc Dopffer pour m'avoir proposé sa nouvelle, j'ai vraiment passé un très bon moment.

Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, nouvelle fantastique fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Car que l’on choisisse de lire uniquement cette nouvelle, ou de la lire à la suite de la première du Cycle de Barcil, elle mérite le coup d’œil. On sent que l’auteur est à l’aise dans ce genre de littérature, et il est vraiment agréable de s’y plonger pendant quelques dizaines de minutes. Une lecture courte donc, qui permet de s’évader le temps d’une pause déjeuner ou dans une salle d’attente.


Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, nouvelle fantastique  et fantasy, dark fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

L'ambiance de cette nouvelle est comparable à celle que les passionnés de jeux vidéos connaissent sûrement, c'est : "Assassin's Creed".
En effet, l'ambiance nous mène dans un univers avec une guilde d'assassins qui vont devoir réaliser une mission.
Les personnages peuvent être à la fois attachants et très malins dans leur démarche.
D'ailleurs, notre cher Étolien nous n'en savons rien sur ce qui se passe réellement pour lui avant la fin de l'histoire.
Toutefois, sur certains passages, j'aurais aimé en savoir plus mais l'histoire quant à elle reste crédible et immersive.
Nous comprenons pourquoi Étolien est dit : "Le manchot" aussi.
La lecture de cette nouvelle ne m'a pas empêché de comprendre, sans forcément avoir lu la première nouvelle, toutefois si les nouvelles s'entremêlent je vous conseille de prendre ce cycle dès le début car si au fil du temps on vous parle de quelque chose qui se serait passée dans la première nouvelle se serait dommage de ne pas l'avoir lu.
Dans l'ensemble, cette nouvelle a beaucoup de potentiel et il pourrait fortement être intéressant d'étendre ces nouvelles à des livres plus conséquents, car pour un univers de Fantasy, il y a plein de choses que j'aurais aimé découvrir.


Voir la chronique complète










A propos de "Orglin la Primitive"...




Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Il résulte très peu de mystère quant au genre proposé avec le titre de la série Le cycle Bracil et celui du texte Orglin la Primitive pour l’amateur de SFFF. Cependant, Jean-Marc Dopffer réservs quelques petites surprises de son cru.
La première d’entre elle se dévoile rapidement en constatant le nombre de pages du récit proposé qui s’éléve à une trentaine. En effet, il s’agit là d’une nouvelle, et je penche sur une série de textes courts mettant en jeu Barcil, une contrée imaginaire.
Ce petit cycle de fantasy se révèle surprenant et fort agréable à la lecture.
Pourtant tout commence avec des ingrédients particulièrement connus, la naissance d’une jeune prodige, Orglin, de père et mère autrefois ennemis. Le bébé hérite des caractéristiques de deux cultures : humaines par son père, elfes par sa mère, sans oublier que les parents sont des guerriers reconnus et expérimentés.
Ceux-ci décident de se couper de toute civilisation pour vivre leur amour en paix et élever leur enfant en pleine nature, loin de la corruption des uns et des autres, loin de l’antagonisme.
Cependant, ce souhait n’entre pas dans les plans du roi de Tigyl; une prophétie liée à la gamine promet le retour de la victoire dans cette contrée à celui qui la contrôle. Ce sont les oracles royaux qui ont annoncé la chose.
A ce stade, vous vous demandez, pourquoi trouvé-je de l’intérêt à un texte contant une énième histoire d’élue et de parcours initiatique, alors que je m’épanche souvent sur le manque d’originalité et in fine d’intérêt pour ma pomme. Deux raisons expliquent de choix.
La première tient au récit lui-même. Jean-Marc Dopffer joue avec cette quête d’élue en en prenant le contre-pied. Je ne peux guère dévoiler beaucoup d’éléments, pour ne pas faire sauter prématurément les ressorts du destin d’Orglin.
Nous sommes dans un monde d’apparence médiévale ou les humains sont opposés à des elfes ainsi qu’à des sorciers. L’existence de la jeune Orglin est dévoilée, le roi veut la récupérer. Il envoie donc Ergas et ses troupes s’acquitter de la tâche… qui tourne court, la jeune sauvage passant entre les mailles du filet. Pourtant les oracles avaient insisté sur l’importance de la mission et la difficulté à se saisir de l’enfant.
L’Antiquité est une époque propice aux croyances, et cette logique est assumée par l’auteur. Le panthéon des Dieux n’est abordé que succinctement à travers deux figures : Yencil, le dieu de la guerre et Yelma, le dieu des maladies. Mais cela laisse penser à des divinités plus nombreuses.
Le premier aura son rôle a jouer, nous avons une histoire de conflit, un domaine où un tel personnage se sent comme un poisson dans l’eau. Malgré tout, il ne faudrait pas tirer des conclusions hâtives… Il correspond davantage à Athéna de la mythologie grecque que Mars.
Il faut préciser qu’en une trentaine de pages, l’auteur parvient à dresser les bases de son monde -même s’il n’a rien de très original dans son approche antique – donner les premières clés d’un background divin, dépeindre un ordre guerrier prestigieux (en quelques habiles allusions – ou réactions), et raconter une histoire complète.
Le deuxième point fort de cette nouvelle tient à l’écriture. Elle est fort agréable à lire, bien tournée, imagée et précise. Il y a une poésie qui ressort à travers le rythme choisi et les sonorités. La plume colle parfaitement à l’intrigue et le texte se lit avec plaisir et aisance d’une traite.
La fin assez pyrotechnique avec une touche douce amère m’ a fait penser à quelques jeux de rôle. 
Ainsi, malgré une approche fort classique, Jean-Marc Dopffer nous offre un sympathique récit de fantasy, qui prend un peu le contre-pied du roman initiatique. Son texte est servi par une belle plume, et possède un goût de reviens-y.
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Livre de fantasy souvent très long, justifié par la mise en place de l’univers. L’idée d’un cycle de nouvelles m’a paru intéressante et j’ai été curieuse de voir comment l’auteur allait s’en sortir.
Le style de l’auteur m’a tout d’abord déconcerté. Je trouvais le vocabulaire soutenu non naturel, hachant le rythme des phrases. Cette sensation a disparu au fil de la lecture. J’ai donc relu le début : et tada ! Miracle, je n’avais plus cette impression. Jean-Marc Dopffer a une plume particulière, c’est ce qui m’a fait buter sur les premières lignes. Au final, cette écriture colle vraiment bien avec son univers.
Concernant ce dernier, le pari est réussi. La géopolitique, l’histoire et les êtres en jeux sont abordés avec le niveau de détails suffisant pour une nouvelle et pour la compréhension du récit. Petit bémol sur les « danseuses du ciel » ou « Bainges » pour lesquelles j’ai mis un peu de temps à saisir le rôle.
J’ai en revanche beaucoup aimé la couverture qui est très belle et la structure du récit : chaque chapitre nous transporte dans un autre temps ou lieu et apporte un focus différent sur l’histoire.

Conclusion
« Orglin, la primitive  » n’est pas un coup de cœur. En revanche, l’auteur possède des qualités indéniables avec une plume propre et un récit très bien organisé. En seulement quelques pages, Jean-Marc Dopffer  réussit à nous présenter son univers et le devenir de son héroïne.
Voir la chronique complète




Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

J'ai beaucoup aimé l'univers et le fait qu'il y ait beaucoup d'action, d'urgence et de violence.
Les chapitres se déroulent à différentes périodes et j'ai trouvé ce rythme très intéressant et enrichissant pour une histoire aussi courte.
Le seul tout petit bémol pour moi est que le vocabulaire est un peu complexe pour les novices de ce genre mais je ne doute pas qu'il plaira énormément aux initiés!
J'ai maintenant très envie de lire la deuxième nouvelle pour mieux connaitre et comprendre ce fameux Cycle de Barcil!
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Citation :
« Se retirer du monde ne suffit pas pour s'y soustraire. Tôt ou tard, le destin rattrape ses pantins. »

Maintenant, place au livre !

Bien que très courte, car c'est une nouvelle, cette histoire est rapide, intense et violente !
Je ne suis pas une spécialiste de ce style de littérature, mais je me suis laissé emporter par l'écriture de Jean-Marc Dopffer.

Je ne vous parlerai pas de l'histoire en elle-même, car la 4ème de couverture est plus qu'explicite !
Je peux juste vous dire que les Dieux jouent au grand Big-Bang !

La construction de cette nouvelle m'a au départ un peu perturbée. En effet, j'ai pour habitude de lire n'importe où, n'importe quand… Donc je suis souvent coupé à certains moments…
Alors là, imaginez un peu ma tête quand la première partie commence par la fuite d'Orglin, d'un champ de bataille et chapitre suivant, x temps avant !!!

Bref, je me suis posé et j'ai recommencé… Et là, la magie a opéré.
En réalité, je me suis tellement prise dans l'histoire que la nouvelle a glissée à une vitesse hallucinante et que pouf fini !

Mais pas d'inquiétude, cette nouvelle s'inscrit dans une saga J Donc on peut poursuivre l'histoire J
Et elle en vaut le détour. Le décor est bien planté, l'histoire aussi d'ailleurs. Tout va vite et c'est très intense et riche en retournement de situation.

Un style d'écriture qui coule tout seul et des personnages qui ont une vraie dimension ! Des caractères et des psychologies particulières et très bien dessinés.
Derrière le texte, de vraies valeurs sont mises en filigrane et il me tarde de pouvoir découvrir la suite !

En tout cas, je vous recommande cette nouvelle qui se lit vitesse grand V et qui est pour le moins très alléchante ! Si vous souhaitez découvrir le Fantastique – Fantasy alors, n'hésitez pas. C'est court donc au pire… Mais vous ne serez pas déçu !
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Une jeune fille qui a vécu toute son enfance coupée du monde est demandée par le roi car elle ferait partie d'une prophétie permettrait de stopper une guerre ? La description parfaite d'Orglin ! 
Bon, je ne vais pas vous mentir, j'ai lu cette nouvelle en très peu de temps. C'est normal, c'est une nouvelle vous allez me dire, mais il n'y a pas que cela. Certes l'histoire est courte (trop peut être) mais elle est aussi palpitante et rebondissante. On n'a pas le temps de s'ennuyer ! 
Par exemple, voilà une petite citation "Hors d'haleine, ses forces manquaient. La chasse, commencée à l'aube, avait épuisé la jeune fille. Elle sursauta. Les frondaisons s'agitèrent, confondant les rayons mauves du coucher du soleil. C'était un corbeau, effrayé, qui s'envolait. Soudain, après un tournant, la silhouette d'Esdras surgit. Plusieurs guerriers, à son service, le anquaient, l'arme au poing. La surprise stoppa la sauvageonne."
Sur ce, bonne journée à tous !!
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Orglin est une nouvelle qui permet d'introduire l'univers de Barcil. On suit le destin d'Orglin une demi-elfe dont la vie suivra le dessein des dieux. On retrouve dans ces quelques pages de nombreux codes habituels de la fantasy mais intelligemment mêlés à des aspects originaux qui permet d'avoir un équilibre entre attente du genre et besoin de ne pas tomber dans le déjà-vu.
J'ai beaucoup aimé cette lecture et trouve cet univers et ces personnages très prometteur. le langage et le style sont bien travaillés et plutôt soutenus mais tout en restant fluide. le récit est dynamique et agréable à lire. Chaque chapitre a son lot de belles surprises et forme un tout cohérent. Seul petit bémol les transitions qui sont un peu rudes. Cette lecture fut une très bonne mise en bouche, hâte de passer au plat de résistance.
Merci Jean-Marc Dopffer et simplement pour cette découverte, j'ai hâte de replonger dans cet univers.
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Barcil est un univers cruel ou la guerre fait rage parmi les peuples. Le dessein des Hommes est manipulé par les Dieux qui ont une grande place dans leurs croyances. C'est notamment le cas du dieu de la guerre, Yencil, qui dévoilera la jeune Orglin.
Orglin la primitive est une nouvelle divisée en 5 chapitres. Ces chapitres se passent à différentes époques importantes concernant Orglin ou ses parents.
Dès le début, on plonge au cœur d'une chasse à l'homme. C'est très rythmé et on se sent vite à l'affût dans la peau du personnage. Puis, on découvre au fur et à mesure de la lecture le monde de Barcil ainsi que ses habitants. On découvre une culture riche en croyances, qui possède sa propre mythologie et des personnages bien bâtis. On perçoit aussi, la rage des hommes, l'art qu'ils ont de manier l'épée et la force de leur combat. Chaque personnage à sa propre vision, son propre caractère et un tempérament bien à lui. Ce sont des personnages forts et imposants, le genre qu'on n'aimerait pas rencontrer mais qu'on ne se lasse pas d'admirer.

Extrait :
« Le cœur prêt à rompre, Orglin cavalait.
Les branches déchiraient ses membres tandis qu'elle fusait le long des sentiers. Le moindre virage lui était connu. Elle les avait tant cheminés, accompagnée de ses parents.
Protégés d'acier rutilant, ses poursuivants arpentaient la forêt avec la vitesse du vent. Des cris, tels des chants sinistres, résonnaient dans la vallée. Les cors se répondaient sur les versants des collines.
Sans cesser sa course, Orglin se retourna. La transpiration moins que la peur brouillait sa vue.
Hors d'haleine, ses forces manquaient. La chasse, commencée à l'aube, avait épuisé la jeune fille. »

A u final, je pense que vous l'aurez compris, c'est un livre qui m'a beaucoup plu. J'ai beaucoup aimé l'univers, il m'a semblé très riche, tout comme le vocabulaire de l'auteur, et l'histoire est très rythmée. Il y a beaucoup de scènes d'action et les personnages ont une forte personnalité. Ça fait plaisir à lire.
Aussi, l'histoire est complète, ce qui peut être difficile avec une nouvelle. Le seul petit reproche que je pourrais faire, c'est que j'aurai bien aimé lire un petit quelque chose avant, comme un chapitre introducteur, pour savoir où j'allais atterrir et qui sont ses personnages. Mais ça aurait sûrement cassé l'effet in medias res… ^^

C'est donc une histoire courte mais riche, qui ne manque pas d'intriguer et « d'activer » son lecteur ! Personnellement j'aimerais beaucoup savoir ce qui se passera par la suite ! (la destinée m'intrigue énormément !).
Je ne sais pas trop pourquoi mais ce livre m'a fait penser au Dernier Elfe de Silvana de Mari. ^^
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

J’aime beaucoup la couverture de cette femme ailée toute blanche. On y ressent beaucoup de combativité et de force.

Bon par contre j’avoue, lorsque j’ai dit oui pour le lire, je n’avais pas fait attention que c’est une nouvelle donc avec peu de pages. N’ayant pas l’habitude de ce genre de lecture, j’avais un peu peur de ne pas réussir à avoir le temps de me plonger dans ce nouveau monde. Mais si ! L’auteur rentre dans le vif du sujet tout de suite avec de belles descriptions. L’histoire se construit en cinq chapitres où l’on rencontre Orglin qui a toujours vécu en marge du monde, puisque ses parents sont des guerriers déserteurs, qui ont fui la folie humaine. Mais le Dieu de la guerre Yencil en a décidé autrement. Il a fait d’Orglin son « pion » pour refaçonner le monde.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteur. Les cinq chapitres ne se suivent pas dans le temps. Plusieurs années vont séparer certains des chapitres, mais on se repère très vite grâce aux détails de l’auteur. Je  me voyais très bien à la place d’Orglin, me sauvant ou me battant pour ma survie.
Voir la chronique complète





Etolien le Manchot, le Cycle de Barcil, nouvelle fantastique, fantasy et darkfantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Lorsque Jean-Marc Dopffler m’a contacté pour me proposer de lire l’un de ses ouvrages et d’en faire une chronique, je l’ai prévenu : si j’aime, je le dis. Mais si je n’aime pas, je le dis aussi. Et si vous lisez mes chroniques, vous savez que je peux être exigeant.
Jean-Marc, en son âme et conscience, a décidé de tenter sa chance.
Il m’a donc envoyé les deux premières nouvelles de son Cycle de Barcil. Il m’avait prévenu, les deux nouvelles ne se suivent pas et peuvent être lus indépendamment l’une de l’autre. C’est vrai. Mais j’aime bien faire les choses dans l’ordre.

Alors j’ai commencé par Orglin la Primitive.
Quand j’ai vu que le texte ne faisait qu’une vingtaine de pages, j’ai un peu pris peur. Vingt pages, c’est court pour raconter une histoire, encore plus pour développer un monde. Et puis je me suis dit que si c’est mauvais (c’est toujours un risque), au moins la torture ne sera pas trop longue.
J’ai immédiatement ravalé mon scepticisme, ça m’apprendra. Qu’on se le dise, je ne suis pas un spécialiste de Fantasy. Non pas que je n’aime pas, mais ce n’est pas mon genre de prédilection.
Il va sans dire que j’ai lu la nouvelle d’une traite. Mais, surtout, j’ai beaucoup aimé découvrir une partie du monde de Barcil, à travers l’histoire d’Orglin. J’y ai même trouvé des choses qui m’ont évoqué Le Sorceleur (et qui m’ont donné envie de reprendre les aventures de Geralt de Riv).
En fait, arrivé à la fin, je me suis dit que le plus gros défaut du texte (et c’est un très gros défaut) c’est qu’il est trop court. Beaucoup trop court.
Parce que tout le reste est très bon. Le style, les personnages, la façon dont tout est esquissé sans effort, dont les éléments sont dévoilés sans être martelés pour nous permettre de découvrir cet univers singulier naturellement.

J’ai donc enchaîné avec Étolien le Manchot.
Tout de suite, j’ai vu que le personnage comme l’ambiance étaient bien différents. Et pourtant, j’ai retrouvé le même style qui m’avait charmé dans l’histoire d’Orglin. J’ai fait défiler les pages tout aussi vite, et je suis arrivé à la même conclusion : c’est trop court !

Moi vouloir plus.

Fort de ce constat, j’ai creusé un peu. Ces deux premières nouvelles marquent les débuts d’un cycle qui en comportera dix, présentant chacune un personnage ou une époque différente. Avant un roman qui les réunira tous.

Et si la suite est à la hauteur de ce que j’ai déjà lu, ça promet !
Ces deux premières nouvelles du Cycle de Barcil sont une très belle surprise et m’ont mis l’eau à la bouche. J’ai déjà hâte de me replonger dans le monde de Barcil et de le découvrir plus encore.
Et si vous êtes fans de Fantasy, je vous recommande d’en faire autant !
Voir la chronique complète





Cycle de Barcil, Orglin la Primitive, nouvelle fantastique - Auteur Jean-Marc Dopffer

Adepte des gros pavés de 600 ou 800 pages (rarement moins de 200 en fait), lorsque Jean-Marc Dopffer m'a fait parvenir son Orglin la Primitive, ma première pensée a été que cela allait être un challenge pour moi d'arriver à me plonger suffisamment dans le récit pour m'en imprégner et arriver à en parler.

Et finalement, tout s'est bien passé! Bon on ne va pas se mentir, j'ai maintenant envie d'en connaître plus sur l'univers que j'y ai découvert. Des personnages forts, évoluant dans une nature sauvage et verdoyante, entourés d'une mythologie qui m'a rappelé les récits nordiques…. Le récit en soit, est bien ficelé, je ne suis pas resté sur une sensation d'inachevé comme cela se produit parfois à la lecture de récits courts. Cinq chapitres nous donnent ici à voir cinq scènes différentes à cinq époques différentes et pourtant ce sont plusieurs décennies que j'ai eu l'impression de traverser.

On retrouve plusieurs personnages que l'on identifie très rapidement du fait de leurs identités fortes et malgré les évolutions qu'ils présentent. L'écriture m'a très vite happée dans un récit haletant et au rythme effréné dès les premiers mots. J'ai eu la sensation de n'avoir fait qu'un bref passage sur Barcil et qu'il m'en reste beaucoup à découvrir. Orglin, le personnage principal m'a ramené à d'autres héroïnes de fantasy comme je les apprécie: fortes et indépendantes.

Alors qu'elle n'avait jamais reçu d'éducation militaire, cette gamine ayant grandi dans la nature avait mis en pièces à elle seule près d'une section aguerrie. Son adresse rivalisait avec celle des plus illustres guerriers de l'Ordre du Pugy.

En bref, un récit à découvrir pour qui n'a pas peur d'être frustré de ne pouvoir y passer davantage de temps.

Merci à Jean-Marc Doppfer de m'avoir permis de découvrir Orglin et son univers!


Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantastique - Auteur Jean-Marc Dopffer

Le monde créé par Jean-Marc Dopffer est vraiment très riche, quand aux personnages,
il arrive à leur donner la profondeur et l'intensité nécessaire pour que le lecteur s'y attache.
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantastique - Auteur Jean-Marc Dopffer

Un monde à part, créé de toutes pièces. Bien que fort similaire aux univers fantasy habituels,
celui-ci se démarque par le style de son créateur.
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantastique - Auteur Jean-Marc Dopffer

L'entreprise de Fantasy de l'auteur de 1944, carnet de vie est, en plus d'être un divertissement fort bien écrit,
un hommage à la vie, à la nature, au respect, à liberté, à l'amour.
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle science-fiction - Auteur Jean-Marc Dopffer

C'est une nouvelle qui nous transporte directement dans un univers fantasy et fantastique.
On entre facilement dans l'histoire.
Un livre dont on sort difficilement, car on s'attache aux personnages et on a vraiment envie de savoir comment cela se termine.
En espérant que l'auteur écrive un suite.
Voir la chronique complète





Cette nouvelle est vraiment à découvrir, elle nous transporte directement dans l'histoire et on ne s'en lasse pas tellement elle est superbe.
J'ai hâte de découvrir les autres nouvelles ^^
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

La narration et le vocabulaire utilisés sont de très bonne qualité et même soutenu, avec un petit côté geste médiévale.
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Petite nouvelle de fantasy, très agréable à lire.
Elle est très dynamique et l'auteur nous mène à travers le destin d'Orglin jusqu'au but atteint.
La fureur des armes et des hommes y sont bien retranscrites.
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

... j'ai vite eu la réponse à ma question et j'en suis restée scotchée, j'ai beaucoup aimé le moment avec Yencil,
c'était assez impressionnant et en même temps captivant. Je n'aurais jamais pensée que la destinée d' Orglin serait aussi importante.
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, nouvelle fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Comme on le constate, l'auteur nous fait rentrer dans un monde d'une grande richesse et vivre une aventure palpitante.
L'écriture de Jean-Marc Dopffer est particulièrement fignolée et le texte est doté d'un vocabulaire élaboré. Son talent est incontestable !
Bref, vivement la suite des aventures du monde de Barcil…
Voir la chronique complète





Orglin la Primitive, fantasy - Auteur Jean-Marc Dopffer

Cette première escale d'un voyage prometteur dans "Le Cycle de Barcil" nous embarque très rapidement dans l'aventure
et nous tient en haleine tout au long de cette nouvelle.
Voir la chronique complète