Un auteur n’est pas un lecteur comme les autres

“La seule écriture valable, c’est celle qu’on invente… C’est ça qui rend les choses réelles.”

Ernest Hemingway

Ecrire nécessite une grande patience, doublée d’une énorme volonté.

Ecrire, c’est aussi transmettre ses peurs, ses doutes et sa façon de voir et d’appréhender la vie.

L’auteur lit les textes de ses comparses comme un lecteur lambda.

Tout comme lui, il aime se laisser bercer et manipuler par un récit bien ficelé, aux détours duquel se cache une émotion ou un frisson. Mais l’écrivain va un peu plus loin que la surface glacée d’un texte. Il décortique et étudie la construction, les champs lexicaux, la syntaxe comme un mécanicien le ferait d’une grosse cylindrée. Cet exercice ne consiste certes pas à copier, contrefaire ou à bâcler ses propres textes. Non, cela permet de mieux comprendre et maîtriser les ressorts dramatiques d’une histoire car, il est toujours bon d’apprendre des réussites et des erreurs des autres.

L’étude de textes littéraires (d’auteurs contemporains ou des classiques) est une gymnastique à laquelle l’auteur doit se rompre pour progresser. Croire qu’un auteur doive se soustraire à la lecture par peur d’être influencé ou de perdre ce qui fait de lui un auteur unique est une erreur, puisque les textes, avant de sortir du clavier sont (en principe) réfléchis et mûris.

Et vous, comment lisez-vous ?

2019-09-07T12:30:26+02:00 06/09/2019|Tags: |