Lecture : Le visage de Dieu (Igor et Grichka Bogdanov)

Résumé :
Le « visage de Dieu » ? C est l expression qu utilisa l astrophysicien Georges Smoot (prix Nobel 2006) lorsque le 23 avril 1992, il réussit, grâce au satellite COBE, à prendre des photos de la naissance de l univers tel qu il émergeait des ténèbres cosmiques tout juste 380 000 ans après le Big Bang.

Depuis, cette expression a fait le tour du monde, déclenché la fureur des scientifiques, et bouleversé les croyants. Mais, par delà ces quelques mots, quel est le fabuleux secret qui se cache derrière le « bébé univers » ? Pourquoi Smoot y a-t-il vu le « Visage de Dieu » ? Ce livre nourri des formidable attentes suscitées par le nouveau satellite Planck lancé le 14 mai 2009 s approche, comme jamais, de ce mystère suprême : l instant même de la Création.

Trois des héros de cette fantastique aventure Jim Peebles (prix Craaford d Astronomie 2005), Robert W. Wilson (Prix Nobel 1978) et John Matters (Prix Nobel 2006) ont postfacé cet ouvrage au fil duquel on s avisera que la science, parfois, se confond avec la plus haute spiritualité.

Mon avis :
‘Le visage de dieu’, par les frères Bogdanov, tente de nous faire imaginer, par l’intermédiaire de témoignages de scientifiques et d’anecdotes, l’histoire de la théorie du Big Bang chaud, ou autrement dit l’instant de la création.

Etudier le rayonnement fossile de l’Univers, c’est comme regarder en face dieu, ou tout au moins son projet.

J’ai été intéressé par la vision « romantique » qu’on les auteurs sur l’ensemble des théories d’astrophysique moderne. Une vision sans laquelle nombre de théories n’aurait jamais pu voir le jour. 

Certes, les polémiques tournant autour des Bogdanov, ainsi que leur fréquentes apparitions à la télévision dans des émissions de divertissement, ont tendance à discréditer leur travail et à remettre en cause leur performances sur le plan astophysique. Personnellement, je n’ai pas le niveau pour juger tout cela, mais ce qui me plaît dans leur travail, c’est avant tout la vulgarisation de ces thèmes complexes à l’extrême, ainsi que leur approche enthousiaste de leur discipline.

En d’autres termes, commencer l’apprentissage de l’astrophysique grâce aux Bogdanov ne me paraît pas une hérésie. Et pour le passionné et expert, n’existe-t-il pas des ouvrages bien plus poussés et fermés aux non initiés ?

2019-09-02T22:45:13+02:00 02/09/2019|Tags: |